Ce qui se rapporte au chemin de fer en général exerce sur moi une grande fascination, depuis aussi loin que je m'en souvienne.

Dans le train, bercé par le bruit régulier des wagons sur les rails, l'âme emplie de rêves, je plonge les yeux fermés dans une profonde méditation. Ou bien je reste des heures à contempler les vastes paysages qui défilent à toute allure par la fenêtre, comme sur un écran où passe un film documentaire sur la beauté cachée des régions ordinaires.

Hors du train, je ne peux passer près d'une gare de dépôt sans y être irrésistiblement attiré. Où je m'étourdi à suivre du regard la courbe des rails brillants qui filent vers l'horizon, traversant des forêts luxuriantes de câbles, de poteaux et de poutrelles métalliques, en traçant sur le sol gris de savantes compositions.

Et, comme ici, lorsque la lumière du crépuscule ajoute à la beauté du paysage presque monochrome quelques touches de couleurs, cela devient magique!

20060814

20060814

20060814